Usurper sa face

Au Pied de la Lettre Unistra Strasbourg

Die Bienenzüchter, (vers 1568) par Pieter Brueghel l’Ancien.

Samuel Avril, L2 Lettres Modernes, écrit un poème pour se percevoir, et surtout pour choisir de tronquer les perceptions.

Ce sont ces cils, sur l’âtre rêvé

Samuel avril

Dans la fosse accourent les âges
D’un jeune élégiaque.
Séjours dans le drame incandescent ;
Épaulard, j’ai tronqué les essences.

Des cheveux noirs, poudre de pavot,
Sur une petite masse affadée.
De long coursiers d’îles assombries :
Ce sont ces cils, sur l’âtre rêvé.

Ces globuleux damnés de caïman
Les abîmes ivres de coulures salines
Dans les trous d’un étrange titan
Des voyantes décalcomanient.

*


Faire comme mon visage
Interpréter les criques
Rester au rivage
Dans l’épaisseur d’un cirque

Un avis sur « Usurper sa face »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :