Haïkus masqués | La Chronique de l’ACP

L’Atelier de Création Poétique (ACP) de la Faculté de Lettres de l’Unistra présente quatre séries de Haïkus, par Lysa Gremeaux, Pascal Maillard, Marius Drant, et Elias Levi Toledo. Ceci est un choix de ses travaux du mois de juin.


Haïkus par Lysa Gremeaux :

l’eau coule sur un
couple de paupières et
enfin elles s’endorment

visage moderne
et sous les nappes se cache
une page vierge

l’écorce est asséchée
par les longs pleurs étouffés,
démembrée elle s’évapore

des débris de masque
braquent leurs armures
au coin des rues

violemment dévoilée
mon élan s’étire en dehors des sentiers
or masqué je l’ai toujours été

Le masque tombe, haïkus par Pascal Maillard :

Sous le tapis de feuilles
Une feuille
Et sous la feuille ton visage


La terre ouvre ses lèvres
Une flèche traverse
Le ciel comme une joue


Je t’embrasse 
Le masque tombe
Un trou rouge dans la nuit


Le cri couvre ma voix
Je cours dans le noir
Ton visage collé sur ma peau


L’eau fraiche du ruisseau
Un poisson sous le rocher
Et toute l’eau dans l’œil du poisson

Haïkus par Marius Drant :

Un homme 
Mange 
Un homme


Le mangeur de chair s’arcboute 
Déchire la peau 
Le son des yeux qu’on arrache au goulot


Je prendrai cent cinquante-trois oignons 
Et tes larmes couleront chaudes 
Comme des cascades enrouées


Pratiquez-vous la parole ? 
Personnellement je ne donne 
Que dans le balbutiement 


La chaise sur laquelle j’écris craque
Une marmotte aiguise 
Ses dents sur le diamant 


Mon masque est une prison 
D’ores et déjà dorée d’avant 
Le masque doré divin déviant 


Un architecte jaune 
S’épuise en dégustation 
de piliers de plâtre

Haïkus par Elias Levi Toledo :

I
mes oreilles détiennent
la voix de ma mère de la mer
et la crise sanitaire

II
la ville étoilée sous le ciel
je dirais mon nom
mais mon masque

III

un oiseau se penche sur
la chute mortelle de la falaise
– mon nez sur mon masque


IV
le ciel le nuage
la terre et la brume
mes verres et mon masque


V
en revanche sur mon vélo
je mange moins
de mouches


L’Atelier de Création Poétique travaille sur le thème double du rythme et du masque. Pour cet exercice, l’inspiration vient de la forme poétique japonaise du haïku : trois vers (souvent de 5, 7 et 5 syllabes) qui donnent une image de la nature et les rapports entre le surprenant et le banal.

Un avis sur « Haïkus masqués | La Chronique de l’ACP »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :